Index / 

Viêt Nam

 
 
FR / EN

Durant l'été 2012, j'ai voyagé aux Philippines et au Viêt Nam. Deux pays proches géographiquement, ayant été sous domination européenne puis américaine. Pourtant d'un pays à l'autre, le rapport à la culture occidentale diffère.Au Viêt Nam, peu de gens parlent anglais, je n'ai donc presque pas parlé pendant un mois à part avec quelques étudiants rencontrés par hasard, une famille gérante d'un hôtel et, plus amusant, avec un gang de comédiens. Ce gang invitait les touristes dans une maison et les arnaquait avec une partie de blackjack truquée !Le Viêt Nam est encore assez fermé à la culture occidentale postcoloniale. Par exemple, la baguette est consommée au Viêt Nam (héritage français), la musique diffusée à la radio est très souvent vietnamienne et même si les McDonald's s’y sont installés depuis 2014, les chaînes de fast-food sont rares.Cette résistance à l’occidentalisation était pour moi fascinante, mais elle a aussi rendu la culture vietnamienne plus inaccessible. De ce fait, je n'ai pas été hébergé chez des habitants, ce qui m'a poussé à photographier ce pays de « l'extérieur », donc de la rue.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Fleuriste

La voiture est encore un luxe, la plupart utilisent un vélo ou plus récemment un scooter, et font preuve d'ingéniosité pour transporter de grosses charges.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Marché de Dong Xuan

Un grand marché couvert, construit durant la colonisation française.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Boucherie canine

La consommation de chiens existe principalement dans le nord du Viêt Nam. Certains sont assez méprisants vis-à-vis de ces « barbares cynophages ». C’est une forme d'ethnocentrisme, car on pouvait encore acheter de la viande de chien en France jusqu'au milieu du XXe siècle. Moi-même je mange de la viande, mais connaissant les pratiques de l’industrie agroalimentaire des pays développés (abattage en masse d’animaux ayant vécu dans des conditions exécrables), je ne me trouve pas plus « civilisé » qu’un consommateur de chiens. Plus d'informations sur la cynophagie dans cet article de Jacqueline Milliet, anthropologue.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Mousson

Première averse de mousson, ce qui a eu pour conséquence de devoir faire sécher mon matériel photo pendant deux jours.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Autour du lac Hoan Kiem

Un parc agréable entoure le lac Hoan Kiem, les Vietnamiens viennent y flâner, méditer ou faire de l'exercice. C’est à cet endroit que j'ai pu surprendre ces jeunes gens. L'un semblait faire son service militaire. La conscription est réservée aux hommes au Viêt Nam. Toutefois, ceux qui font des études supérieures reçoivent une formation militaire de deux mois quel que soit leur sexe.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Hanoï

C'est amusant de dominer la ville du « rooftop bar » d'un cinq étoiles : on peut à la fois y observer la bourgeoisie locale constituée de Vietnamiens et d'expatriés, mais aussi profiter d'un point de vue intéressant.

Hoi An, Viêt Nam, juillet 2012

Travail des enfants

Une ville musée magnifique, à Hoi An quasiment tous les bâtiments historiques sont des boutiques, en plus la nuit des enfants exploités vendent de jolies lanternes aux touristes.

Can Tho, Viêt Nam, juillet 2012

Feu rouge

Au Viêt Nam ils sont rares, il faut souvent traverser la route progressivement en évitant le flux quasi constant de véhicules.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Surpris

À Hanoï les gens étaient réticents à être photographiés. Je me suis donc adapté, je cadrais sans viseur avec l'appareil à la taille, ainsi les gens n'avaient pas le temps de m'éviter.

Hanoï, Viêt Nam, juillet 2012

Marchandes

À l'entrée du pont Long Biên.