Index / 

Philippines

 
 
FR / EN

Durant l'été 2012, j'ai voyagé aux Philippines et au Viêt Nam. Deux pays proches géographiquement, ayant été sous domination européenne puis américaine. Pourtant d'un pays à l'autre, le rapport à la culture occidentale diffère. Aux Philippines la plupart des gens parlent anglais, en plus du tagal voire d'une autre langue régionale. La culture américaine s'est bien exportée aux Philippines (musique, fast-food, basketball...). Les Philippins ont une image positive des Américains, qu'ils confondent souvent avec le reste des Occidentaux. Étant blanc, j'ai donc eu droit au surnom de « kano » (aphérèse d'« amerikano »). Cette image positive vient en partie du statut de libérateur donné aux Américains après la Seconde Guerre mondiale. Pourtant les États-Unis n'ont fait que reprendre leur colonie, déjà prise à l'Espagne en 1898 en trahissant la Révolution philippine indépendantiste, qu'ils prétendaient soutenir. Toutefois, cette ouverture à l'Occident m'a permis de créer plus facilement des liens avec les habitants, d'être hébergé gracieusement durant la plupart du séjour et donc de photographier les Philippines de « l'intérieur ».

Manille, Philippines, août 2012

Inondations à Manille

Je suis resté un mois dans le quartier de Sampaloc, un quartier étudiant et pauvre. Je logeais dans un petit appartement avec sept autres colocataires. Pour loger tout ce monde, des cloisons en bois avaient été installées avec de minuscules lits superposés et des paillasses au sol. Les inondations y sont fréquentes lors de la saison des pluies, il m'a fallu attendre trois jours que le niveau d'eau baisse avant de pouvoir sortir de l'appartement. La population n'est pas très affectée par les inondations, en témoignent ces deux enfants amusés.

Manille, Philippines, septembre 2012

Aletheia

Étudiante rencontrée dans le quartier que l'on peut voir dans la photo précédente.

Banaue, Ifugao, Philippines, juin 2012

Rizières de Banaue

Les rizières en terrasses de Banaue sont vieilles d'environ 2000 ans.

Banaue, Ifugao, Philippines, juin 2012

Rizières de Batad

Des rizières plus isolées, la route est à quarante minutes du village.

Banaue, Ifugao, Philippines, juin 2012

Tourisme de masse

Grâce au tourisme de masse, le village de Banaue s'est transformé en petite ville de tôle et de parpaings. Les Ifugaos sont condamnés à mendier avec leurs costumes aux endroits fréquentés, d'autres s'offrent en spectacle lors de faux rituels arrangés aux goûts et affluences des touristes. Plus d'informations dans cette publication de l'UNESCO.

Batangas, Philippines, août 2012

Coupure

Je logeais chez la famille d'une amie dans un « barangay » (petite communauté) situé à environ 100km au sud de Manille. La famille était sans emploi, sauf les deux filles, l'une travaillait à la chaîne 60 heures par semaine dans une usine américaine implantée dans la région et l'autre travaillait à Taïwan. Environ dix millions de Philippins occupent à l'étranger des emplois peu valorisants pour faire vivre leur famille. Dans cette maison, j'ai pu découvrir et apprécier un style de vie simple. Ce soir là il y avait une coupure de courant, on en a profité pour veiller et boire du café.

Batangas, Philippines, août 2012

Pendant ce temps-là...

Les hommes se retrouvaient le soir pour jouer au « karambola » (proche du carrom, une sorte de billard asiatique), discuter, boire et parier un peu d'argent. Pendant ce temps-là...

Batangas, Philippines, août 2012

Paris à l'enterrement

Aux Philippines, les jeux d'argent sont tolérés lors des veillées mortuaires. Certains joueurs ne connaissent pas le défunt et enchaînent les enterrements. Contrairement au jeu de la photo précédente, les sommes sont fortes, les passions des joueurs aussi, ce jour-là l'équivalent d'un maigre salaire en espèces disparut de ma chambre.

Tagaytay, Cavite, Philippines, juin 2012

Palace in the Sky

Palais inachevé du dictateur Marcos, qui aurait dû héberger son ami Reagan en 1983. La visite et la construction furent annulées pour les mêmes raisons. En effet, le régime de Marcos a commencé sa chute après l'assassinat d'Aquino, son principal opposant.